L'Alamzic, distillateur de bon son

www.alamzic.fr / Salle de concerts de musiques actuelles / Gestion : Le Cartel Bigourdan / Web Design : DUB65 / Photos : Cedric NOT & Guillaume DUGUY

Abonnez-vous à la  Newsletter

VENDREDI 3 MAI 2024

THE CONGOS & THE GLADIATORS

THE CONGOS

Les CONGOS sont un des derniers groupe jamaïcain resté dans sa formation originale depuis les années 70
et on ressent forcément cette unité, cette cohésion puissante lors de leurs concerts qui sont autant de
véritables messes rastafariennes. En effet Cedric Myton, Ashanti Roy, Watty Burnett et Talash, le dernier arrivé, sont bien de vrais rastas qui
vivent et agissent conformément à l’image qu’ils véhiculent et qui sont restés proches de leurs racines et de
leurs principes.


Bien entendu leur notoriété s’est d’abord construite autour du mythique album « Heart of the Congos »
enregistré au légendaire studio Black Ark de Lee « Scratch » Perry et qui contient des perles du reggae roots
mettant à l’honneur leur performances vocales comme « La La Bam Bam » , « Open The Gate » ou « Congo
Man » mais surtout le fameux « Fisherman » qui est considéré par le magazine Rolling Stone comme l’un
des dix meilleurs titres reggae de tous les temps.

 

THE GLADIATORS

Les GLADIATORS ont été fondés en 1967 par Albert Griffiths qui a choisi ce nom après avoir vu les combats de gladiateurs dans le film « Ben Hur ». L’idée de ces hommes qui combattaient pour leur liberté, à l’image de la lutte contre Babylone, séduit aussitôt les rastas et colle encore aujourd’hui au combat contre la dureté de la vie en Jamaïque.
Ils ont écrit des titres emblématiques du Roots Rock Reggae des années 70 tels que « Hello Carol » « Bongo Red » ou « Roots Natty », mais c’est en 1976 avec la sortie chez Virgin du légendaire « Trenchtown Mix Up » qu’ils atteignent une notoriété
internationale et partagent l’affiche d’autres grands noms du reggae comme Toots & the Maytals, U-Roy ou Jimmy Cliff en Europe ou aux USA.
Ayant toujours enchaîné les tournées depuis cette époque, Albert Griffiths décide de prendre une retraite méritée en 2004 en passant le leadership des GLADIATORS à son fils Al à l’occasion de la sortie de l’album « Father and sons », son autre fils Anthony assurant déjà la batterie au sein du groupe depuis 1997.